Les psychothérapies et la psychanalyse

« La plus grande chose du monde, c'est de savoir être à soi. » Montaigne

Qu’est-ce qu’une psychothérapie ?

La psychothérapie est une démarche de soin qui vise à soulager la souffrance psychique. Cette souffrance s’exprime chez chacun à travers une forme singulière, c’est ce que l’on nomme un symptôme.

Bien que douloureuse, la rencontre de chacun avec son symptôme peut devenir l’occasion de découvrir une part de soi jusqu’alors crainte et méconnue. Nous pourrions dire que là où une douleur morale s’est installée, quelque chose est en attente d’être pensé et d’être dit.

Les différentes psychothérapies

Le début du 21ème siècle a vu éclore de nombreuses approches en psychothérapie, qui sont venues compléter un paysage déjà bien fourni. Au moment d’engager une telle démarche, la question se pose de savoir quelle psychothérapie choisir.

Le développement personnel semble être partout (dans les médias, au travail…) et donne l’impression de pouvoir se fondre dans le panel des psychothérapies. Pourtant, il s’en distingue nettement, tant dans sa visée que dans sa forme.

Dans la même veine, le marché des thérapies brèves s’est fortement développé. Ces psychothérapies proposent une disparition rapide des symptômes à l’issue d’un travail en surface qui s’apparente à une forme de normalisation. La critique majeure que l’on peut formuler réside dans le fait que si les causes profondes de l’advenue d’un symptôme n’ont pas été identifiées, il y a fort à penser que le mal-être se manifestera à nouveau.

Le travail que je mets en oeuvre est adossé à l’approche psychanalytique, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas seulement de « supprimer » le symptôme mais plutôt de comprendre comment il s’est constitué et ce à quoi il a pu répondre.

Psychothérapie analytique ou psychanalyse ?

La psychanalyse fait couler beaucoup d’encre : tantôt elle est présentée comme dépassée, tantôt elle est caricaturée et réduite à quelques-uns de ses errements.

Oui, certains psychanalystes ont dit des choses épouvantables à propos de l’autisme ou du mariage pour tous, pour ne citer que ces deux exemples. Cela ne les honore pas et n’a pas honoré la psychanalyse. Nous avons été nombreux à dénoncer de tels discours : ils n’engagent finalement que leurs auteurs, pas la psychanalyse.

La psychanalyse du 21ème siècle, c’est autre chose. Exigeante pour elle-même, elle doit tenir compte des nombreuses transformations qu’a connu le monde pour mieux comprendre les souffrances d’aujourd’hui. Pour penser notre époque et ses souffrances, l’hypothèse de Freud n’a rien perdu de sa fraicheur : une part importante de notre vie psychique est fondée et animée par l’inconscient. Et ça, ce n’est pas prêt de changer.

Alors, quelle différence entre la psychothérapie analytique et la psychanalyse à proprement parler ?

La psychothérapie analytique est une thérapie qui, chez l’adulte, prend appui sur la parole et qui permet qu’un lien de qualité se construise entre le patient et le psychothérapeute. La confidentialité et la régularité des rencontres permettent d’en faire un espace de pensée au sein duquel l’histoire de chacun va pouvoir être dépliée et revisitée. Cela permet de mieux comprendre les mécanismes inconscients qui peuvent être l’origine du mal être. L’inconscient va aussi pouvoir s’y manifester, souvent de façon imprévue.

Chez l’enfant et chez l’adolescent, la psychothérapie analytique est un espace d’expression distinct de la famille au sein duquel le dessin et le jeu vont venir compléter la parole.

Il n’est pas rare qu’une psychothérapie analytique fasse naitre l’envie de s’engager dans une psychanalyse. C’est le désir de s’allonger sur le divan, d’augmenter le rythme des séances ou encore celui d’explorer davantage la scène inconsciente qui peuvent y conduire. Dans l’analyse, l’idée de guérison ne disparait pas mais elle côtoie de nouveaux enjeux, qui ne pouvaient être pensés jusque-là...

Vous vous interrogez à propos des psychothérapies et de la psychanalyse ?

Contactez Vincent Tournier, psychothérapeute et psychanalyste :