Les difficultés liées à l’institution scolaire

Pour un certain nombre d’enfants et d’adolescents, le rapport à l’institution scolaire est troublé. L’école, le collège ou le lycée peuvent devenir des lieux source d’anxiété, d’agressivité ou de violence. L’enjeu principal du repérage et de la compréhension de telles difficultés est de permettre à l’enfant ou à l’adolescent de retrouver une place satisfaisante au sein de l’institution afin qu’il puisse poursuivre sa scolarité et construire des relations fiables pour bâtir un projet qui lui ressemble.

Difficulté dans les apprentissages ou problème de comportement ?

Les difficultés dans les apprentissages peuvent produire un retard et une certaine souffrance : l’enfant se sent différent, il est moins valorisé, parfois même il peut être stigmatisé par d’autres élèves. Qu’elles soient passagères ou liées à un trouble spécifique, ces difficultés peuvent transformer le rapport à l’école, que l’enfant associe alors à l’échec et à la frustration. Mais il arrive aussi que malgré des résultats corrects, des problèmes de comportement ou un refus scolaire se fassent jour : leur cause représente parfois une énigme pour les parents qui peinent à comprendre où se situe la difficulté de l’enfant. S’il est important de faire la part des choses entre ces deux cas de figure, l’incidence peut être identique. Le blocage que rencontre l’enfant ou l’adolescent vis-à-vis de l’institution et des enseignants peut le conduire au décrochage scolaire, c’est-à-dire à l’abandon soudain ou progressif de sa scolarité.

La phobie scolaire, une forme particulière de décrochage ?

La phobie scolaire désigne le refus de certains enfants et d’adolescents de se rendre à l’école, au collège ou au lycée sans qu’il ne soit évident pour leur entourage d’en distinguer la raison. L’expérience montre que cette peur peut être irrationnelle et, à ce titre, elle est à considérer comme une phobie ordinaire. Toutefois, dans un certain nombre de cas, l’expression « phobie scolaire » semble inadaptée : il y a parfois une cause tout à fait objective au fait que l’institution scolaire soit source d’anxiété et d’angoisse, mais cette raison n’est pas nommée. C’est notamment le cas des enfants ayant vécu des violences au sein de l’institution : le harcèlement scolaire en est une des formes.

Les difficultés d’orientation

Construire un projet d’études en se projetant dans la vie professionnelle nécessite des qualités d’anticipation qui ne sont pas toujours évidentes à mettre en œuvre. Certains adolescents, malgré un parcours réussi, traversent leur scolarité sans être en capacité de définir leurs projets. Pourtant ils savent que les choix qu’ils ont à faire les engagent pour l’avenir. Mais se fixer des objectifs et déterminer les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir mobilise de nombreux mécanismes psychiques. Pour certains, l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, les renoncements qu’imposerait un choix ainsi que le désir de prolonger l’enfance, peuvent faire partie des freins à l’élaboration de leur projet d’orientation.

Pourquoi rencontrer un psychothérapeute ?

Après le foyer, l’institution scolaire représente l’un des lieux fondamentaux où l’enfant et l’adolescent ont à se construire. Lorsqu’elle devient source d’anxiété, que l’enfant ou l’adolescent y expose une agressivité importante et qu’elle produit en lui de la souffrance, il est important de pouvoir demander de l’aide afin d’éviter les ruptures dans le processus d’apprentissage. La psychothérapie permet de faire le point sur les difficultés rencontrées et le travail par la parole vient éclairer les raisons qui ont pu conduire à une telle situation. Dans le cas du décrochage ou de la phobie scolaire, le psychothérapeute va aider à déterminer ce qui relève des apprentissages, d’un trouble éventuellement non repéré jusque-là et des difficultés personnelles pouvant être liées à des choses très variées selon l’histoire, le questionnement et les problématiques de chacun. La relation parent-enfant représente également un axe important car nous savons que ces questions peuvent engendrer des difficultés éducatives. Lorsque l’incompréhension a envahi le lien parental, le travail thérapeutique engagé avec l’enfant ou l’adolescent va pouvoir lui permettre d’établir de nouvelles manières de communiquer et de partager avec ses proches.


Vous vous interrogez sur la possibilité d’engager une psychothérapie ?

Contactez Vincent Tournier, psychothérapeute et psychanalyste :

  • 205 rue Louis Capitan, 34070 Montpellier
  • 06.52.18.20.86
  • tournier_vincent@yahoo.fr