Les troubles du sommeil, de l’enfance à l’âge adulte

Le sommeil a pour fonction de reposer le corps et de permettre l’assimilation psychique de ce qui a été vécu et appris la veille. C’est un bien précieux dont on ne mesure souvent la valeur qu’au moment où il se détériore. Comprendre l’origine d’un trouble du sommeil peut prendre du temps mais c’est une étape clef du chemin qui doit mener à retrouver le repos.

Quelques difficultés communes à tous les âges

Ayant repéré que « le rêve est le gardien du sommeil », Freud avait très tôt remarqué l’un des liens entre l’inconscient et le sommeil. Le rêve protège le dormeur tant que son contenu est suffisamment déformé pour ne pas alarmer la conscience. Mais pour peu qu’il contienne quelque chose de dérangeant ou d’effrayant, nous voilà pris de panique : c’est le cauchemar, ou mauvais rêve. Au moment de l’endormissement, notre cerveau se met en veille (diminution de l’état de conscience) toutefois certaines personnes peinent à atteindre cet état et se trouvent plutôt dans un état de conscience qui se situe entre l’éveil et le sommeil : c’est ce que l’on nomme les parasomnies. Elles sont à l’origine du somnambulisme, du grincement de dents ou encore de la somniloquie (fait de parler durant la nuit). Les parasomnies peuvent aussi produire des terreurs nocturnes : plus angoissantes qu’un cauchemar, elles concernent davantage les enfants qui sont parfois très apeurés. Les hypersomnies désignent des périodes de sommeil relativement longues qui pour autant ne sont pas réparatrices : parmi leurs causes on retrouve souvent l’apnée du sommeil ou la dépression qui peut entraîner un état de fatigue chronique. Enfin, d’autres troubles se manifestent par une dégradation de la qualité et de la quantité de sommeil, notamment dans le cas des insomnies (difficulté à s’endormir, réveils fréquents…).

Les difficultés spécifiques aux enfants et aux adolescents

Il est fréquent de rencontrer des peurs ou des pleurs au moment de l’endormissement : ils témoignent en général d’une anxiété qui peut être liée aux questions que posent la séparation et l’absence. Le « pipi au lit », que l’on désigne sous le nom d’énurésie nocturne, peut être très handicapant et vient souvent signifier qu’une préoccupation inconsciente mobilise psychiquement l’enfant ou l’adolescent. Enfin, avec ces derniers, le manque de sommeil peut devenir problématique lorsqu’une dépendance, notamment celle aux écrans, raccourcit considérablement le temps de sommeil.

Quelles en sont les causes et les conséquences ?

Les causes des troubles du sommeil peuvent se décliner ainsi : il y a d’une part celles qui sont liées à l’anxiété (stress, dépression, questions existentielles…), celles qui sont liées à la prise de substances psychoactives (café, alcool…) et enfin celles qui sont extérieures à la personne (environnement, contraintes horaires…). Le manque de sommeil entrave l’assimilation de ce qui a été vécu : il peut entraîner des troubles de la concentration et de la mémoire et, chez les enfants et les adolescents, des difficultés dans les apprentissages. Avec le temps il peut aussi générer des troubles de l’humeur, notamment de l’irritabilité et de l’agressivité.

Que peut-on espérer de la psychothérapie et de la psychanalyse ?

Chez l’enfant ou l’adolescent, la rencontre avec un psychothérapeute permet de mettre en mots les symptômes et doit ensuite permettre d’en comprendre l’origine et parfois le sens afin de limiter les incidences du trouble du sommeil sur la vie quotidienne. Chez l’adulte, la rencontre va permettre, dans un premier temps, de faire le point sur les difficultés rencontrées, de déterminer l’origine du trouble et les moyens thérapeutiques à mettre en œuvre. Lorsque les problèmes de sommeil font écran à une autre difficulté, comme ça peut être le cas lors d’une dépression, l’analyse permet à la personne d’aller au-delà et de revisiter son histoire personnelle afin d’apporter un nouvel éclairage à la souffrance.


Vous vous interrogez sur la possibilité d’engager une psychothérapie ?

Contactez Vincent Tournier, psychothérapeute et psychanalyste :

  • 205 rue Louis Capitan, 34070 Montpellier
  • 06.52.18.20.86
  • tournier_vincent@yahoo.fr